L’INDUSTRIE CANADIENNE DE LA CHIMIE PRÊTE À UNE CROISSANCE SIGNIFICATIVE

L’industrie canadienne de la chimie pourrait attirer près de 5 milliards de dollars en nouveaux investissements au cours des dix prochaines années, selon des estimations faites par l’Association canadienne de l’industrie de la chimie (ACIC) et annoncées aujourd’hui à l’assemblée générale annuelle de l’Association. S’ils sont assurés, ces nouveaux investissements stimuleraient la croissance de l’économie dans son ensemble, le secteur de la chimie fournissant les composantes essentielles et les services requis par plus d’une dizaine d’industries – du vêtement aux produits pharmaceutiques, en passant par le développement des ressources naturelles, la construction et l’automobile.

« Le moment est venu de rebâtir le secteur manufacturier du Canada – ce qui comprend l’industrie de la chimie », a dit Richard Paton, le président et chef de la direction de l’ACIC.

« Nous avons tous les outils à notre disposition: l’abondance de ressources naturelles de notre pays, l’accès à des matières premières à prix concurrentiels, et un cadre politique et fiscal positif. »

Cette bonne nouvelle sur les investissements potentiels dans l’industrie de la chimie arrive alors que l’ACIC célèbre son 50eanniversaire à Ottawa. Depuis 1962, l’une des réalisations les plus notables de l’Association est la création de la Gestion responsableMD – l’initiative de développement durable de l’ACIC reconnue par l’ONU, aujourd’hui adoptée par 60 pays. La Gestion responsable oblige les compagnies chimiques à concevoir constamment des produits et des procédés plus sécuritaires et plus écologiques, et à éviter les dommages pendant tout le cycle de vie de leurs produits.

Le ministre de l’Environnement Peter Kent, qui a prononcé le discours principal au déjeuner de l’AGA de l’ACIC aujourd’hui, a louangé l’engagement de l’Association envers le développement durable.

« Avec le lancement de la Gestion responsable il y a 27 ans, votre Association a montré aux Canadiennes et aux Canadiens que la protection de l’environnement lui tenait à cœur », a dit M. Kent.

« Elle est devenue une chef de file mondiale dans le domaine.  Et maintenant, la Gestion responsable demeure, pour l’industrie de la chimie, la norme d’excellence en matière d’amélioration de la performance environnementale. »

On peut aujourd’hui fabriquer une unité de produit chimique en produisant 88 pour cent moins d’émissions qu’en 1992, la première année de rapport des émissions au titre de la Gestion responsable.  De plus, les membres de l’ACIC ont:

  • réduit leurs émissions dans l’eau de 99 pour cent ;
  • éliminé 73 pour cent des émissions de 13 substances hautement prioritaires ciblées par le Plan de gestion des produits chimiques du Canada ;
  • réduit le potentiel de réchauffement de la planète de leurs opérations de 63 pour cent ; et
  • réduit le potentiel d’appauvrissement de la couche d’ozone de leurs opérations de 99 pour cent.

L’ACIC représente l’industrie canadienne de la chimie, d’une valeur de 46 milliards de dollars.  Elle défend les intérêts des principales compagnies canadiennes – des plus gros producteurs de produits pétrochimiques, inorganiques et spéciaux, aux fabricants de produits biologiques et aux entreprises de technologie et de R&D.