Promoting sustainability through chemistry at the G7 Ocean Partnership Summit

CIAC’s, Executive VP, Isabelle Des Chênes spoke to the benefits of plastic and the need for better waste recovery efforts in a workshop on Ocean Plastics and Marine Litter during the Ocean Partnership Summit held in conjunction with the G7 Environment, Oceans and Energy Ministers’ meetings in Halifax September 19 to 20.

The workshop included a framing panel session and stakeholder dialogue chaired by Professor John Nightingale of Ocean Wise. Joining Ms. Des Chênes were Susan Ruffo of Ocean Conservancy, Lisa Svensson of UN Environment and Rob Kaplan of Circulate Capital.

Panel members spoke of the opportunities for improved, broader cross-sectoral collaboration, both with government and between governments, the importance of engaging communities, incubating and investing in waste and recycling infrastructures in developing nations and much more.

“We believe that plastics are central to our modern and more sustainable future,” said Ms. Des Chênes. “They are an extremely efficient material that helps lower our environmental footprint in almost every part of modern life. At the same time, they unequivocally do not belong in our oceans nor in our natural environment.”

Ms. Des Chênes also noted, “We need to do a better job of recycling and recovering plastics after they are used, and designing plastic applications with recovery in mind, because plastics have a tremendous value that needs to be captured. That’s where the drive towards an increasingly circular economy for plastic packaging can make a difference.”

Following the panel discussion, stakeholders were invited to discuss and vote on key recommendations to share with the G7 Ministers during their deliberations the next day. The recommendations included:

  • Developing perspectives, policies and regulations that enable and direct business and industry to move towards circular economy solutions, including alternatives, new polymers, new manufacturing processes and new business perspectives.
  • Incubate and invest in waste and recycling infrastructures in developing nations.
  • Support increased public understanding and involvement as it relates to plastic disposal.

NOVA Chemicals invests to prevent plastic debris in Indonesia

CIAC member, NOVA Chemicals, has announced a three-year investment of nearly $2 million to support a new global initiative to reduce marine plastic pollution in Southeast Asia called Project STOP.

The initiative’s goal is to design, implement and scale circular economy solutions to marine plastic pollution in countries with high leakage of plastics into oceans. NOVA Chemicals’ investment will support the first city partnership in Muncar, a coastal fishing community located in Banyuwangi, Indonesia. With minimal waste services in place, many citizens are forced to dump their waste directly into the environment.

As a member of Responsible Care®, CIAC’s U.N.-recognized sustainability initiative, NOVA Chemicals has long worked towards safe, responsible and sustainable chemical manufacturing.

“Our investment in Project STOP demonstrates our unwavering commitment to shaping a world that is even better tomorrow than it is today. We understand that part of this commitment to being ‘better tomorrow’ is our commitment to Responsible Care and Sustainability,” said John Thayer, Senior Vice President, Polyethylene Business at NOVA Chemicals.

“NOVA Chemicals has a long history of respecting our employees, communities and the environment. We are a founding member of Responsible Care and are deeply committed to the industry’s ideals of sustainability.”

CIAC is working with its members and partners, like NOVA, to reduce plastic waste and support the circular economy. In June, partnering with the Canadian Plastics Industry Association, CIAC and its members committed to set ambitious targets to reuse, recycle or recover 100 per cent of plastics packaging by 2040.

Learn more about CIAC’s commitment to supporting the circular economy 

Learn more about Project STOP 

 

L’industrie de la chimie est prête à relever le défi des déchets de plastique

Alors que nos dirigeants se rendent au Sommet du G7 à Charlevoix, au Québec, le 8 juin avec l’intention de proposer un accord de Paris sur les déchets marins, et que nos collègues de Plastics Europe et de l’American Chemistry Council proposent des cibles audacieuses pour réduire les déchets de plastique, nous sommes à un moment décisif en ce qui a trait à la politique publique et à la chaîne de valeur mondiale du plastique.

J’ai l’assurance que ce point d’inflexion créera les conditions requises pour l’optimisme, l’innovation et des progrès significatifs dans l’industrie de la chimie et le secteur des plastiques du Canada, alors que nous nous préparons à un avenir sans aucun déchet.

Dans le cadre de ce leadership, l’ACIC a formé un partenariat avec l’Association canadienne de l’industrie des plastiques et ses membres afin d’annoncer les cibles de réduction des déchets suivantes :

  • l’objectif idéal que 100 pour cent des emballages de plastique sont réutilisés, recyclés ou récupérés d’ici 2040, et
  • l’objectif provisoire ambitieux que 100 pour cent des emballages de plastique sont recyclables ou récupérables d’ici 2030.

Ces cibles ne seront pas faciles à atteindre.  Elles nécessiteront des actions de la part de toute la société.  Parallèlement, le problème des déchets marins exige que toutes les industries, chaque citoyen et chaque gouvernement de la planète s’unissent.

Nous sommes tous d’accord que les plastiques n’ont pas leur place dans l’océan, et dans tout autre cours d’eau, point à la ligne.  C’est un gaspillage considérable de précieuses ressources que le plastique soit utilisé une seule fois puis éliminé comme déchet.

Cependant, le plastique reste primordial pour notre avenir.  C’est un élément essentiel de notre mode de vie moderne et plus durable.  Il garde les aliments frais plus longtemps, il rend nos voitures et nos maisons plus efficaces sur le plan énergétique, il est extrêmement pratique et il fait tout ça de manière rentable et avec des avantages environnementaux évidents par rapport à d’autres matières.

L’industrie, avec les décideurs politiques fédéraux, provinciaux et municipaux et d’autres personnes influentes sur le plan politique, doivent commencer à collaborer plus étroitement afin de créer les conditions où la valeur du plastique peut être réalisée plus d’une fois et, dans certains cas, à de multiples reprises pendant son cycle de vie.  Notre rôle sera entre autres de concevoir des matières et des applications permettant une récupération, une réutilisation et une recyclabilité accrues.

Nous devons aussi penser mondialement.  Ni le Canada ni tout autre pays du G7 ne contribue de manière significative aux déchets de plastique dans les océans.  Les principaux responsables ont besoin d’une aide technique et financière d’urgence pour avoir accès à des services de gestion des déchets modernes et efficients, que nous tenons largement pour acquis au Canada.

Au Canada et dans les autres pays du G7, nous devons considérer le plastique différemment et arrêter de le voir comme un déchet qui doit être éliminé.  L’industrie de la chimie est prête à relever ce nouveau défi.

Le passage à zéro déchet exigera la collaboration de l’industrie, du gouvernement et de la société, dit le CIAC

On April 24, the G7 Plastics Industry Coalition, including CIAC and representatives from our membership, met with government officials and other stakeholders in the plastics value chain to discuss Canada’s objectives for the G7 Plastics Charter, which the government plans to promote at the G7 in Quebec this June.

The event was organized by the Coalition, which was founded by CIAC, Canadian Plastics Industry Association (CPIA) and the American Chemistry Council Plastics Division (ACC PD), to represent industry perspectives in the global and domestic plastics dialogue. CIAC President and CEO Bob Masterson gave opening remarks for the workshop, setting the stage for collaborative discussion.

“It is undisputable that plastics do not belong in the ocean, nor in any other water way – period. It is indeed a significant waste of precious resources for plastics to be used once and then discarded as waste,” he told attendees. “However, plastics are not a scourge. They are, in fact, a fundamental contributor and key enabler to modern more sustainable living.”

Industry has a role to play in designing materials and applications for greater recovery, reuse and recyclability, Mr. Masterson told the audience, but addressing the issue of marine litter and plastic waste will require actions from society as a whole, not just industry.

“Our efforts will fail if the highly responsible and highly innovative plastics industry is set up as a villain for a marine litter issue that needs to be owned by every citizen and every government on the planet,” he said.

Also in attendance were: Carol Hochu of CPIA, Keith Christman of ACC PD, representatives from the Retail Council of Canada, the Canadian Beverage Association, Canada Fibres, Pembina Pipeline Corporation/ CKPC, InterPipeline, Emterra Group, Ice River Springs, Innovation, Science and Economic Development Canada, Natural Resources Canada and Environment and Climate Change Canada.

The day-long workshop was very well received by all attendees. CIAC and its partners in the G7 Plastics Industry Coalition will continue to regularly collaborate with the federal government and other stakeholders on the Plastics Charter in the lead up to the June G7 meeting.

Apprenez-en plus sur le rôle de la chimie dans les technologies propres et l’économie sobre en carbone au Sixth Estate

Please join Shannon Watt, CIAC Director of Environment and Health Policy, on May 1 for what promises to be a lively discussion on the growing business of clean tech in Canada.

From building insulation and lighter plastics for vehicles, to solar panels and wind turbines, the products that will help move society to a more sustainable future need chemistry. Canada must fully develop the potential of its chemistry industry so it can deliver solutions to reduce emissions both within the industry, throughout Canada and around the world.

Read Shannon’s op-ed on the topic here.

 The Sixth Estate Before the Bell panel discussion

National Arts Centre, 1 Elgin Street, Ottawa Ontario

May 1, 2018. 7:30 to 9a.m. ET

Speakers include:

  • Shannon Watt, CIAC Director of Environment and Health Policy
  • Industry experts from Export Development Canada, Business Development Bank of Canada, Ecotech Quebec and the Globe and Mail.

If you are not able to attend in person, watch live online here.

Le Canada a besoin de plus de chimie

Il faut un leadership audacieux pour attirer et gagner de nouveaux investissements

La vague de consultations faites par divers ministères au cours de l’été indiquait clairement que le gouvernement du Canada se concentre sur une croissance économique innovatrice et faible en carbone.

Une stratégie d’innovation efficace devrait encourager le développement de produits, de services et d’industries pouvant tirer profit de façon optimale des ressources naturelles et des talents qui existent déjà dans notre pays.  L’industrie de la chimie est en mesure de répondre à ces attentes si le Canada peut créer et maintenir un cadre d’investissement à long terme concurrentiel.

Considérée comme une industrie arrivée à maturité il y a des décennies, l’industrie de la chimie de l’Amérique du Nord a connu une résurgence majeure avec l’arrivée d’abondantes charges d’alimentation faibles en carbone liée à la révolution du gaz de schiste.  Aujourd’hui, plus de 270 projets sont en cours de réalisation, représentant plus de 250 milliards de dollars en nouveaux investissements, avec plus de 600 investissements additionnels dans le secteur des plastiques en aval.  Cela fait de la chimie le secteur manufacturier ayant la croissance la plus rapide en Amérique du Nord et un modèle de rétablissement de la fabrication.

Garce à cette nouvelle charge d’alimentation, les installations de la chimie peuvent réaliser leurs opérations en consommant deux fois moins d’énergie et en produisant deux fois moins de gaz à effet de serre que les anciennes usines alimentées au pétrole brut.  De plus, comparativement aux procédés chimiques alimentés au charbon en Chine, cette charge d’alimentation abondante et à faible coût offre un avantage dix fois supérieur en matière d’énergie et de gaz à effet de serre – pour fabriquer le même produit fini.  Les avantages économiques et environnementaux du gaz de schiste sont si grands que des installations de la chimie en Europe sont modifiées afin de recevoir des charges d’alimentation importées d’Amérique du Nord.

Cette transformation et cette expansion rapides témoignent de l’engagement de l’industrie envers l’innovation, l’adoption de technologies de pointe et la réduction des émissions de carbone.  D’autres facteurs renforcent cette perspective.

Il est peu connu que plus de 95 pour cent de tous les produits fabriqués aujourd’hui ont besoin de la chimie.  La réponse aux défis posés par une énergie, un air et des eaux propres, et un approvisionnement suffisant en aliments nutritifs à l’échelle mondiale dépend entièrement de solutions axées sur la chimie.  De la meilleure isolation des édifices aux plastiques plus légers pour les automobiles, en passant par la production de matériel d’énergie solaire et éolienne, ces produits et procédés chimiques innovateurs sont essentiels pour aider la société à répondre à ses besoins, tout en réduisant ses émissions de carbone.

Bien qu’il y ait eu d’importants investissements ces dernières années en Ontario, et que l’Alberta puisse attirer des investissements additionnels, le Canada ne suit pas le rythme de la croissance des États-Unis.  Selon les modèles historiques, le Canada aurait dû attirer 25 milliards de dollars en nouveaux investissements.  Au lieu de cela, environ un dixième de ces investissements seulement a été fait.

Le bon côté est que le Canada à tout le moins attire quelques entreprises qui veulent investir en Amérique du Nord.  Le Canada offre un accès au marché et aux charges d’alimentation, et prend certaines mesures pour améliorer la compétitivité fiscale du pays par la prolongation de 10 ans de la déduction pour amortissement accéléré et la réduction des taux d’imposition des sociétés.  Il faut cependant faire plus pour créer les conditions gagnantes pour les investissements.  En définitive, il n’y a qu’un seul vainqueur.

En reconnaissant les possibilités, en collaborant étroitement avec les provinces et en renforçant le climat d’investissement au pays, le Canada peut devenir une destination de choix pour les investissements durables.