Message du président

Bob Masterson, Président et directeur général de l'ACIC


Bob Masterson,
Président et directeur général de l'ACIC

Archive

Entrées Récentes

L’industrie de la chimie est un chef de file du soutien à la diversification économique de l’Alberta

L’industrie de la chimie a besoin de l’engagement du gouvernement fédéral pour attirer des projets d’investissements

La présidence de Trump pourrait signifier n’importe quoi sauf « les affaires courantes » pour l’industrie canadienne de la chimie

Le Canada a besoin de plus de chimie

La chimie : pour des solutions au défi du climat

La chimie : pour des solutions au défi du climat

Les plans provinciaux sur le changement climatique récemment annoncés par les gouvernements de l’Ontario et de l’Alberta indiquent clairement que le défi du climat ne peut être relevé uniquement par leurs programmes respectifs de réglementation ou de plafonnement et d’échange.  Les compagnies membres de l’ACIC sont on ne peut plus d’accord. 

La fabrication des produits chimiques est souvent considérée comme un secteur invisible, et cela est certainement reflété dans le point de vue qu’ont les décideurs politiques de l’industrie et du changement climatique.  Cela doit toutefois changer.

Selon les dernières projections, d’ici 2050 – c’est-à-dire dans à peine plus de 30 ans –, la population mondiale s’élèvera à 9,7 milliards de personnes.  La nécessité d’une énergie, d’un air et d’une eau propres ; et d’une abondance d’aliments salubres et nutritifs présentera des défis très sérieux :

  • La production agricole mondiale devra doubler ;
  • L’approvisionnement énergétique mondial total devra augmenter de 60 à 70 pour cent ;
  • L’approvisionnement en eau traitée devra augmenter de 50 à 60 pour cent.

Ces estimations ne sont pas banales, et elles supposent qu’il faudra apporter des améliorations considérables en matière de technologie et de conservation, bien supérieures à ce que nous avons connu jusqu’à présent.  En une période où nous sommes déjà sur une voie dangereuse, les scientifiques affirment que les émissions de gaz à effet de serre (GES) mondiales doivent diminuer de 60 à 70 pour cent.

Les innovations par et dans l’industrie de la chimie évoluent très rapidement.  Il faut que les décideurs politiques le reconnaissent et voient l’industrie dans une perspective plus vaste : la chimie est le plus important fournisseur de solutions face au défi du climat.

Un bon exemple de l’innovation par la chimie est l’isolation.  De toute l’énergie consommée dans le monde, un tiers est utilisé pour le chauffage et le refroidissement dans le secteur du bâtiment.  Au Canada, alors que les émissions de l’ensemble du secteur de la fabrication ont diminué de 20 pour cent depuis 1990, les émissions du secteur du bâtiment ont augmenté de manière constante de 16 pour cent au cours de la même période.

Pendant leur cycle de vie, les produits d’isolation normalement utilisés pour une maison permettent de prévenir plus de 150 000 kg d’émissions, ce qu’on appelle des pertes d’énergie évitées.  On estime que la fabrication de ces produits crée environ 700 kg d’émissions.  En clair, les émissions évitées grâce à l’utilisation de ces produits excèdent les émissions découlant de leur fabrication – de plus de 200 fois.

L’Agence internationale de l’énergie estime que des améliorations modérées aux normes sur l’efficacité énergétique dans les nouveaux édifices et une augmentation modeste de la rénovation des bâtiments existants permettraient de réduire les émissions de GES mondiales de ce secteur de 12 pour cent d’ici 2050.  Des normes plus strictes et des taux de rénovation plus élevés pourraient entraîner une réduction des émissions de pas moins de 25 pour cent.  L’isolation pourrait faire partie intégrante des efforts visant à réaliser ces réductions.

Pour répondre aux besoins de l’avenir, il faudra probablement tripler les volumes de production de la chimie d’ici 2050, ce qui est difficile à concilier avec l’impératif scientifique de réduire les émissions de GES, et avec l’accent mis par les décideurs politiques sur les émissions de sources industrielles. 

Au lieu de se concentrer sur les émissions nettes, on doit se pencher sur les avantages à long terme que peuvent offrir de nouveaux produits et procédés chimiques.  Les décideurs politiques doivent se poser la question suivante : Est-ce que le Canada veut continuer à faire partie de la solution, ou laisser aux autres les possibilités – et les investissements et les emplois qui viennent
avec ?

Pour lire les déclarations de l’ACIC sur les annonces provinciales : Ontario  Alberta


< Retour à l’Archive