Réaction de l’Association canadienne de l’industrie de la chimie au budget provincial 2019

Trois-Rivières, le 22 mars 2019 – L’Association canadienne de l’industrie de la chimie (ACIC) accueille positivement le premier budget de la Coalition Avenir Québec (CAQ) et retient principalement certains aspects en lien avec son industrie.

Quoique le budget s’attarde prioritairement à remettre de l’argent dans le portefeuille des québécois et à améliorer les services en santé et en éducation, il présente tout de même de belles opportunités en matière d’investissement, de développement économique et de lutte contre les changements climatiques pour l’industrie de la chimie au Québec. En effet, comme le gouvernement veut réduire et éliminer l’écart économique avec nos partenaires et voisins et augmenter la richesse, il devra améliorer la perspective économique annoncée de 1,3 pour cent par année au cours des prochaines années. Donc, le gouvernement a pour objectif de stimuler les investissements privés, d’augmenter la disponibilité de la main-d’œuvre et de soutenir le développement économique des régions.

Au cours des derniers mois, et en fonction des besoins de nos membres afin de maintenir la compétitivité de notre secteur industriel, nous avons insisté sur la mise en place de mesure de soutien à l’investissement pour nos entreprises ainsi que des mesures visant à supporter la lutte contre les changements climatiques.

De manière spécifique et en lien avec les défis de l’industrie de la chimie, le nouveau budget présente des opportunités pour nos membres au Québec dans les domaines suivants :

• Une bonification des déductions pour amortissement afin de réduire le coût des investissements par un allégement fiscal de 1,6G$ sur 5 ans ;
• Une enveloppe de 1G$ supplémentaire alloué à Investissement Québec pour accompagner le développement des entreprises ;
• Des mécanismes afin de favoriser le rapprochement des activités de recherche et de développement ;
• Une bonification du congé fiscal pour les investissements et la réduction de la qualification des projets (de 75 à 50M$) ;
• Un montant de 585M$ pour accompagner les entreprises dans leur transition énergétique et pour s’adapter aux changements climatiques par la bonification des programmes en place ;
• De nombreuses mesures visant à réduire les délais d’approbation et d’autorisation et une volonté de mieux accompagner les entreprises ;
• Un accompagnement rehaussé afin de supporter la réduction des GES auprès des grandes entreprises industrielles.
Différents chantiers demeurent à développer en matière de changements climatiques mais les mesures présentées par le gouvernement du Québec sont de nature à faciliter le partenariat entre notre association et le gouvernement.